Sensibilisation et information

Des campagnes d’affichage à proximité des criques sauvages de l’anse de Paulilles

Tout au long de l’année, et en particulier durant les périodes estivales, les criques sauvages de l’anse de Paulilles sont très fréquentées. De nombreux usagers traversent les terrains privés alentour pour accéder à ces criques. Cette affluence s’accompagne d’une multiplication de gestes problématiques tels que :

  • le non-respect des réglementations existantes comme l’interdiction de la récolte des oursins et de la chasse au poulpe pendant les mois d’été;  
  • la multiplication des gestes pouvant provoquer des incendies (tabagisme dans la garrigue; mégots jetés au sol…);
  • le dépôt d’ordures et la pollution fécale à proximité des criques.

L’association souhaite promouvoir l’adoption de gestes responsables et durables en rappelant les réglementations en vigueur (souvent ignorées par les usagers) et en préconisant l’adoption de gestes simples et respectueux des lieux. Cette action consiste mettre en place des affiches (images et textes) et à les disposer à des endroits de passage “stratégiques”, en particulier sur les terrains privés (avec l’accord des propriétaires). Sur le long terme, cette action pourra être étendue à d’autres espaces privés, mais aussi publics en partenariat avec les autorités compétentes.

Lutter contre les dégâts provoqués par l’ancrage dans les herbiers

Depuis 1988, les herbiers de posidonies sont protégés par un décret qui interdit leur destruction. Les plaisanciers ignorent très souvent cette loi, et même lorsqu’ils sont informés du statut protégé de cette espèce, au moment de jeter l’ancre ils ignorent où se trouvent les herbiers.

Or, l’ancrage est un facteur majeur de destruction des herbiers de posidonies. Un ancrage de quelques heures peut détruire un herbier qui a mis des décennies à se développer. L’urgence aujourd’hui est de donner les moyens aux plaisanciers de respecter la législation en vigueur. Environ 70 bouées d’amarrage doivent être installées en 2021 dans l’anse de Paulilles, pour “compenser” les destructions des herbiers pour le projet de 3e quai du port de Port-Vendres. En période estivale, on peut compter jusqu’à 150 bateaux ancrés dans l’anse. Cette fréquentation ne cesse d’augmenter. Est-il possible de proposer des bouées d’amarrage pour tous les bateaux? Cela apparait impossible aujourd’hui. Ces bouées sont une bonne chose, mais ne peuvent pas permettre une protection des herbiers existants.

C’est dans ce contexte que l’association des Ami-e-s des POsidonies est née. Elle veut se veut une force de proposition, mais aussi un relai pour la mise en œuvre de mesures concrètes pour protéger ce qu’il reste des herbiers existants. Pour cela, elle souhaite:

  • Prendre part aux instances de consultations et de gestion relative à la protection des herbiers, notamment au sein du Parc Naturel Marin du Golfe du Lion;
  • Imaginer et mettre en place un système de signalisation permettant aux usagers de la mer de visualiser les herbiers. Les plaisanciers ont besoin de repères qui leur permettent de savoir où s’ancrer;
  • Mener des actions de sensibilisation dans les capitaineries avoisinantes pour informer de l’emplacement des herbiers, des réglementations existantes, et promouvoir les outils existants pour situer ces herbiers (p. ex. application Donia);
  • S’adresser directement aux plaisanciers pour les informer sur ces questions;
  • Mesurer, décrire et photographier les ancrages dans les herbiers et rendre compte des éventuelles situations conflictuelles afin d’améliorer les actions de sensibilisation;
  • Signaler aux autorités compétentes la dégradation des herbiers faits en connaissance de cause.